Jordanie – Amman, Ville d’histoires

Published: 28/10/2011 | Documented: Oct. 2011
Categories: Jordan, Middle East

Un jour, quelques jours, quelques mois. Le sablier égrène ses poussières d’éternité. J’ai assez vécu à Amman pour avoir envie de la raconter.

Amman est une ville d’Histoire, dont les premiers habitants datent du Néolithique, 10’000 ans avant notre ère. Plus proche de nous, la ville connaît des heures fastes comme de vicissitudes historiques, sous la domination successive des Ammonites, Assyriens, Babyloniens, Perses, Nabatéens, Romains, Omeyades, Abbassides et Ottomans. Au début du XIXe siècle, Amman, comme Pétra, n’est guère davantage qu’une modeste bourgade de nomades bédouins.

A la fin du XIXe siècle, Amman est vitalisée par l’immigration de Circassiens musulmans déportés de Russie, et plus encore par la construction au début du XXe siècle d’un chemin de fer reliant Damas et la Mecque. Les années 1920 à 1940 lui confèrent son statut actuel de capitale du royaume de Jordanie.

Si Amman ne connaît pas la vibrante vie nocturne de certaines capitales arabes, elle ne somnole pas non plus. Le week-end dernier, elle organisait une épreuve du championnat du monde d’escalade indoor ; aujourd’hui, un marathon international.

Rome a ses sept collines. Amman en compte actuellement au moins une vingtaine, grignotant sa périphérie avec l’appétit d’une nuée de sauterelles. La capitale jordanienne est aujourd’hui bien trop étalée pour la parcourir intégralement à pied, mais assez pour marcher par monts et par vaux. Ce que j’ai fait. Ville d’Histoire, Amman est désormais pour moi une ville d’histoires.

Ce matin, je m’approche d’un petit bar à café, attiré par un chaland photogénique. Le vieil homme, non content de se prêter gracieusement à une session photographique, m’invite ensuite à un café. Savourant le breuvage, je le remercie et loue sans réserve la légendaire hospitalité jordanienne. Sur quoi mon bienfaiteur me précise, le sourire aux lèvres, sa nationalité koweitienne…

Assez d’histoires pour cette fois-ci. Ou plutôt, à vous de les deviner ou de les inventer à la lecture des images suivantes.

Bien à Vous,

Bertrand