Pérou – Juanita

Published: 10/01/2009 | Documented: Dec. 2008
Categories: America, Peru, South America

L’enfance heureuse de Juanita

Est née quelque part dans les Andes vers 1530. Très tôt, on décèle en elle des aptitudes qui suggère une destinée extraordinaire. Juanita est belle, très belle. D’une constitution physique sans faille et d’une vive intelligence.

Juanita est séparée de sa famille. Elle grandit avec d’autres enfants élus, au bénéfice de conditions de vie, d’une alimentation et d’une instruction particulièrement soignées. Seul le meilleur est propre à la préparer à sa vocation. Juanita sera l’ambassadrice du souverain inca auprès des dieux. Elle sera sacrifiée à l’accomplissement de sa noble tâche.

Juanita grandit heureuse jusqu’à l’âge de 14 ans, consciente aussi de la brièveté de son existence. Un jour, les prêtres lui signifient que sa fin approche.

Préparation au sacrifice

Accompagnée de prêtres et de hauts dignitaires de sa région, Juanita se rend en grande pompe à Cuzco. Elle est reçue en personne par le souverain inca, qui l’investit de sa mission divine lors d’une cérémonie. Ambassadrice de l’Inca, elle portera au dieu Apu du volcan Ampato un message, ainsi que diverses offrandes. Son sacrifice attirera les bonnes dispositions divines envers le peuple inca, favorisera les pluies et les récoltes, éloignera les catastrophes naturelles et les épidémies. Dès lors, Juanita n’appartient plus à ce bas monde.

 

 Sacrifice sur le volcan Ampato

Juanita entreprend alors à pied son dernier voyage, escortée de prêtres, porteurs et soldats. Le volcan Ampato est situé au nord d’Arequipa, à plusieurs centaines de kilomètres de Cuzco. Au pied du volcan, le petit groupe s’équipe de vêtements et de chaussures chaudes. Les porteurs charrient la logistique – nourriture et boissons, matériel de campement et combustible, habits et objets cérémoniels. L’ascension est lente. Après plusieurs jours, l’équipe atteint la cime du cratère, juchée à 6’380 mètres.

Porteurs et prêtres s’affairent à préparer le lieu et les modalités du sacrifice, sous oublier la tombe de Juanita. Celle-ci jeûne et se gorge de maté de coca, jusqu’à atteindre un état de somnolence. Au petit matin, Juanita revêt ses habits cérémoniels, tissés des plus fins lainages. Lors de la cérémonie, elle est terrassée par un violent coup porté à sa tempe. Sa dépouille est enveloppée dans un linceul, puis enterrée avec le rituel d’usage. Le groupe redescend le volcan pour informer l’Inca de la complétion du sacrifice.

La momie congelée de Juanita, ainsi que divers objets rituels, furent retrouvée dans le cratère du volcan Ampato, quelque 550 ans après le sacrifice, soit en 1995, par l’anthropologue étasunien Johan Reinhard et l’alpiniste (l’andiste serait un terme plus approprié) péruvien Miguel Zarate. Deux autres momies – deux garçons – sont localisées ensuite sur le pourtour du volcan. Juanita se visite désormais dans un musée d’Arequipa, blottie frileusement dans un sarcophage de verre maintenu à basse température.

Pour celles et ceux qui préfèrent le papier conservé dans une atmosphère tempérée:

Johan Reinhard (2005), The Ice Maiden: Inca Mummies, Mountain Gods, and Sacred Sites in the Andes (Washington, D.C.: National Geographic Society.

Bien à vous,

Bertrand